PÔLE JEAN MOULIN



"PAOTRED AR C'HOAD"
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 17 avril 2020 / mise à jour le 1er août 2020 / mise à jour le 24 septembre 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Renseignements à venir
Stacks Image 26260

Henri Le Bec est l'auteur du chant patriotique  "Paotred Ar C'hoad "concernant les Maquisards de Bretagne.

Ce texte, chanté sur l'air des partisans russes par les FFI et FTP des maquis bretons de Landeleau, Kerhôr, la Forêt et Guipavas durant l'occupation, a probablement été porté à la connaissance d'Eric Salaün dans les années 80. Eric étant décédé en 2005, nous ne le saurons jamais.

J'ai bien connu Eric, qui vivait à Gournay sur Marne comme moi, et avec lequel j'ai appris le Kan ha Diskan dans les années 1991/2005, au sein de l'association "Ar Gazeg Veurzh" regroupant les chanteurs de la Mission Bretonne de Paris, dont Maurice Poulmarc'h, Serge Nicolas et Thierry Rouaud, que je salue à cette occasion.

Le document qu'il m'a transmis en 1995 était une réécriture manuscrite d'un texte sur feuille volante que je n'ai trouvé sur internet que bien plus tard, et qui mentionnait qu'il s'agissait d'une chanson intitulée "Son Paotred ar c'hoat" ou "Son Paotred ar brezel kuz", revendiquée par un certain "Ar Gwir-Gilhog, barz Landelo". Il s'agirait en fait d'Henri Le Bec, fils d'un ancien maire de Landeleau, si l'on en croit Francis Favereau qui le cite comme l'auteur de cette chanson en page 559/561 du tome 2 de son livre "lennegezh ar brezhoneg en XXvet kantved".

Je l'ai chantée en duo avec Eric Salaün en 1997 à Paris lors d'un concert avec Ti Jaz dans le 14ème arrondissement, en proposant une simple variation à la tierce sur le refrain repris en chœur.

La version musicale présentée dans ce "clip", quant à elle, est extraite du disque "Etre an Uhelgoat hag ar c'hragoù" que j'ai sorti en 2013 avec Maurice Poulmarc'h. Elle est basée sur un enregistrement original d'Eric en 2005 que j'ai arrangé après sa mort, avec l'autorisation de sa compagne Patricia, en y incorporant tour à tour, ma voix, puis celle de Maurice, de Jean-Pierre Kergozou, de Gaël Billien, en y rajoutant ensuite la bombarde d'Olivier Mell, quelques notes au piano "bastringue" jouées par Leïla mon ex-épouse, sur une rythmique de "Kan Bale" à la batterie, le tout mixé par Philippe Husinger.

Que dit le texte? En résumé : Qui voudrait nous abattre ? Plutôt se battre nuit et jour sans dormir ni manger ! Hitler répand en Bretagne ses charniers. Pétain et Laval nous ont vendu, la corde au cou sera leur salaire. Au combat pour la Bretagne et la France !

Nous ch
antons ici les six premiers couplets de cette chanson qui en contient onze.

Hervé Cudennec
25 avril 2020




Traduction en français des paroles de la chanson « Paotred ar C’hoad »
Chanson « Les gars du bois », Version 3
Henri Le Bec est l'auteur du chant patriotique  "Paotred Ar C'hoad "concernant les Maquisards de Bretagne.



Refrain
Regardez ! Bien ! Les gars du bois
You, acier et acier et feu !
Regardez ! Bien ! Les gars du bois
Allant tous au combat !


1 - O Basse-Bretagne, o le plus beau pays,
Aux paysages doux et sans pareil !
O Basse Bretagne, o le plus beau pays
Qui chercherait votre déclin ?

--------

2- Qui donc chercherait à entraver les gens de Bretagne
A réduire leurs droits
Nous combattrons plutôt nuit et jour,
Sans dormir ni manger !

---------

3- Il y a du feu sur la mer, il y a du feu dans l’air
Et dans chaque coin du monde.
Les esprits malfaisants se sont faits bouchers
Et font se coucher tout le monde à terre.

---------

4- Un fou furieux, nommé Hitler,
Fait de la Bretagne un charnier !
Debout les gars, et acier dans l’air !
Soutenons notre mère la Basse-Bretagne !

---------

5- Pétain, Laval et combien de Judas
Ont vendu notre honneur.
La potence sera le lot des traitres
En France et en Arvor !

---------

6- Allumons le feu sur chaque montagne,
Allumons le feu de la guerre !
« Un brasier de combat en haut de la montagne »
Avec fierté vient vous appeler.

---------

7- O Bretons, nous têtes dures,
Serons-nous vaincus ?
Pour la Bretagne tient bon et la France toujours
Au bois, au bois les gars !

---------

8- La déception sera avec toi Hitler,
Grand valet de la Mort !
Nous serons à ta suite,
Et à la suite de tes diables !

---------

9- Plusieurs milliers de Boches ne partiront pas.
Mon épée est rouge foncé
Leur sang coule ! Vive mon pays !
Vis, O Basse-Bretagne !

---------

10- France et Basse-Bretagne comme deux sœurs,
Marchent bien main dans la main,
Battent le traître, l’homme sans cœur
Qui a vendu le champ du four !

---------

11- Ils sont descendus en enfer
Les oppresseurs de la France et de la Bretagne !
Dans le charnier ils sont les uns sur les autres.
Nourriture du chien, nourriture du loup !

Dernier refrain

Voici les gars du bois !
You ! Acier et acier et feu !
Voici les gars du bois,
Avec eux la victoire du combat !


AR GWIR-GILHOG, barde de Landeleau

Chanson de la guerre clandestine par les F. T. P. et les F. F. I. de Guipavas, du Relecq-Kerhuon, de la Forêt-Landerneau et de Landeleau


Source :
http://www.tresor-breton.bzh/2020/06/28/1942-45-paotred-ar-choad/

1942-45 Paotred ar C’hoad : les maquisards bretons
Henri Le Bec est l'auteur du chant patriotique  "Paotred Ar C'hoad "concernant les Maquisards de Bretagne.


Publié le 28/06/2020

Ceux qui ont choisi la résistance intérieure pendant la dernière guerre ne pouvait pas s’appeler les maquisards car le maquis est un paysage typique des pays méditerranéens. Il se sont donc appelés en breton paotred ar c’hoad, littéralement les gars des bois. Les résistants de l’Ouest-Bretagne savaient le breton pour la plupart et ils nous ont laissés des chants guerriers comme ce Son ar brezel kuzh : FTP hag FFI eus Gwipavaz, Kêrhor, ar Forest ha Landelo (Chanson de la guerre secrète par les FTP et les FFI de Guipavas, du Relecq-Kerhuon, de la Forêt-Landerneau et de Landeleau).

L’ennemi est clairement personnifié c’est Hitler : Kerse vezo ganit hitler, mevel bras an ankou ! Ni en em zisdlev war da lerc’h ha war lerc’h da ziaouloù. (Tu regretteras Hitler, suppôt de l’Ankou, nous nous lancerons sur tes traces et sur celles de tes diables). Les guerriers Bretons promettent un avenir sombre aux envahisseurs : Diskennet ez int d’an ifern, Mac’herien Frañs ha Breizh ! ‘Barzh ar garnel ‘maint vern ha vern, Boued-kon ha boued-ar-bleiz (Tous les oppresseurs de la Bretagne et de la France sont voués au charnier de l’enfer ou entassé les uns sur les autres, ils serviront de pâtée aux chiens et aux loups !).

On le voit pour maintenir haut le moral des troupes on ne recule devant rien. Ce chant écrit dans un breton très joliment tourné a été publié sur feuille volante. Il est signé Ar gwir gilhog, barz Landelo (le vrai coq, barde de Landeleau), un coq patriotique qui utilise la rhétorique martiale : Piv ta glaskfe naskañ tud Vreizh, ha krennañ berr o fri ? Kentoc’h ni ‘n emganno noz-deiz hep kousket na debriñ (Qui cherche à enchainer les gens de Bretagne et les mener par le bout du nez ? Nous nous battrons plutôt, sans dormir, sans manger !)

Ce qui est intéressant c’est l’utilisation à plusieurs reprises du l’idée que la petite patrie se bat avec la grande patrie, notion très en vogue après la Grande guerre : Frañs ha Breizh-Izel, ‘vel div c’hoar, a gerzh brav, dorn ha dorn … ‘Vit Breizh dalc’hmat ha Frañs bepred, d’ar c’hoad paotred ! (La France et la Basse-Bretagne, marche main dans la main comme deux sœurs … Pour la Bretagne toujours et la France éternelle combattons dans les bois !)

Cette chanson a-t-elle été populaire ? On trouve une interprétation sur You Tube sur le ton du chant des partisans russes.