PÔLE JEAN MOULIN



Renée LEVY
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 27 septembre 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Réseau Musée de l’homme
Stacks Image 26266

Née le 25 septembre 1906 à Auxerre, petite fille du Grand Rabin de France Alfred Levy, Renée Léa Lévy fut orpheline de père à l’âge de 3 ans.

Elevée avec sa sœur aînée Germaine par sa mère, professeur au lycée Victor-Hugo. Etudiante en Anglais puis lettres, elle fut reçue à l’agrégation de lettres en 1932. Enseignante au lycée Fénelon à Lille puis à Paris.

La défaite de la France consommée en juin 1940 et le régime « dit de Vichy » mis en place, la loi antisémite du régime pétainiste du 4 octobre 1940 lui interdira l’enseignement et la fonction publique. Elle rejoignit le noyau résistant du musée de l’homme et diffusa du matériel de propagande ainsi que le journal Résistance.

Le réseau infiltré et démantelé par l’Abwehr, elle passa au réseau « Hector » spécialisé dans le recueil de renseignements militaires. Arrêtée par les allemands le 25 octobre 1941, elle détenait un émetteur radio.

Emprisonnée à la prison de la santé, puis déportée le 11 février 1942, Renée Lévy fut maintenue au secret dans plusieurs prisons allemandes avant d’être condamnée à mort le 30 avril 1943, par un tribunal spécial de Cologne. Le 31 août 1943 elle fut guillotinée dans la cabane de la prison de Cologne.

Son nom fut tiré au sort le 29 octobre 1945 pour être inhumé, le 11 novembre suivant au Mont-Valérien aux côtés de 15 autres Résistants et Français libre, dont Berthie Albrecht.