PÔLE JEAN MOULIN

à PLOUHINEC le chantier installé aux Ateliers Jean Moulin, poursuit sa construction du bateau. Suivez le projet dans notre page dédiée : Un bateau nommé JEAN MOULIN



Colette NOL
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 17 avril 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Front National étudiant

FTPF, branche militaire et armée du Front National.
Stacks Image 26276
Source : https://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/colette-noll-deces-de-la-resistante-et-temoin-cle-de-l-affaire-seznec-08-10-2013-2260089.php
LE TELEGRAMME

Publié le 08 octobre 2013 à 00h00 Modifié le 08 octobre 2013 à 08h52

Décès de Colette Noll. Résistante, elle était aussi un témoin-clé de l'affaire Seznec
Colette Noll, résistante et déportée, est décédée, vendredi, à l'âge de 90 ans. Elle vivait entre Lesconil, où elle possédait une maison, et la région parisienne. Après avoir vu la France envahie à l'âge de 17 ans, elle avait intégré, en 1941, le Front National Étudiant qui rassemblait, canalisait et organisait toutes les jeunes volontés de Résistance. Elle organisa, dans le Quartier Latin, à Paris, la lutte contre les mesures anti-juives.


En mars 1943, sur dénonciation, elle avait été arrêtée par la Gestapo et a passé cinq mois en prison à Fresnes. Après avoir rejoint les FTPF (branche militaire et armée du Front National) elle est de nouveau dénoncée et arrêtée et sera, cette fois-là, déportée. Elle sera délivrée des camps à la fin de la guerre.


Colette Noll est aussi connue pour être celle dont le témoignage a été déterminant au moment de relancer l'affaire Seznec, en 2006. (Photo archives Stéphane Guihéneuf)





Stacks Image 26285
Au printemps dernier, Colette Noll (à gauche) avait déposé une gerbe au monument aux morts de Lesconil, en compagnie de Mme Roll Tanguy. (Photo d'archives)
Source : https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/ouest-cornouaille/leguilvinec/plobannalecles/necrologie-colette-noll-grande-resistante-et-deportee-08-10-2013-2260622.php
LE TELEGRAMME

Publié le 08 octobre 2013 à 00h00

Nécrologie. Colette Noll, grande résistante et déportée
Grande résistante et déportée, Colette Noll est décédée, vendredi, à Lesconil, à l'âge de 90 ans. Elle alternait les séjours dans sa maison de la rue de Resken et son logement de la région parisienne. Elle était présidente d'honneur du comité bigouden de l'Anarc.


Elle échappe de peu à la chambre à gaz


Elle a 17 ans et est lycéenne à Paris quand la France est envahie par les armées allemandes. Elle refuse cette présence militaire qu'elle qualifie d'« arrogante et omniprésente ». Elle participe à la première grande manifestation résistante, le 11 novembre 1940, à l'Arc de Triomphe. Devenue étudiante en philosophie et tout en continuant la lutte, elle donne des cours pour payer ses études.

Fin 1941, elle intègre le Front National Étudiant. Elle organise, au Quartier Latin, la lutte contre les mesures anti-juives. Elle est arrêtée par la Gestapo, en mars 1943, sur dénonciation, et passe cinq mois en prison à Fresnes. À sa sortie, elle intègre les FTPF, branche militaire et armée du Front National.

En avril 1944, de nouveau dénoncée et arrêtée par la Gestapo, elle retourne à Fresnes, est mise au secret, puis suit, selon ses mots, « le parcours classique de la Déportation » : Fort de Romainville, Sarrebrück, Ravensbruck et enfin Sachenhausen. Son parcours se poursuit à l'usine Siemens, dans un kommando, près de Berlin. Pour cause de bombardements, les 800 femmes du kommando sont évacuées au camp de concentration de Sachsenhausen où les SS commencent à utiliser la chambre à gaz.

Elle y échappe par miracle. Le 21 avril 1945, commence la marche forcée sur les routes de la mort. Après deux semaines terribles, c'est la libération par les troupes soviétiques. Deux autres semaines plus tard, elle est rapatriée en France. Il y a quelques années, Colette Noll adressait un message aux jeunes pour l'avenir : « Il faut respecter la liberté des peuples, rejeter toute guerre quelle qu'elle soit car ce sont toujours les innocents qui paient. Combattre pour la paix et la compréhension entre les peuples, tels sont mes buts après ce vécu ».

Affaire Seznec

C'est également le témoignage de Colette Noll qui avait permis en 2005 de relancer l'affaire Seznec.

Comme l'avait souhaité la défunte, un hommage public lui sera rendu, à Lesconil, lors de la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, le dernier dimanche du mois d'avril 2014.

Colette Noll a été décorée de la Légion d'Honneur, la Médaille de la Résistance, la Médaille Militaire. Elle était aussi chevalier de l'Ordre du Mérite et des Arts et des Lettres.

Une cérémonie religieuse sera célébrée, vendredi, à l'église de Bry-sur-Marne (94).





Le 07 10 2013

Communiqué de presse du Comité ANACR du Pays Bigouden :

Une grande Résistante nous a quittés.

Notre camarade et amie Colette Noll est décédée le 4 octobre 2013. Nous disons ici à sa famille, à ses amis, combien nous déplorons la perte de cette grande dame qui faisait tant honneur à notre Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (ANACR) et combien nous leur adressons avec affection, nos condoléances attristées et notre sincère amitié.
Elle était issue d’une "famille républicaine, patriote et catholique".

Elle avait 17 ans et était lycéenne à Paris lorsque la France a été envahie par les armées allemandes. Elle refusa cette présence militaire dans les rues de la capitale, présence "arrogante et omni présente" comme elle nous l’a dit. C’est ainsi qu’elle participa à la première grande manifestation résistante le 11 novembre 1940 à l’Arc de Triomphe. Devenue étudiante en philosophie à la Sorbonne, et en continuant la lutte, elle donnait des cours pour payer ses études. Fin 1941 elle intégra le Front National étudiant (le "vrai" comme elle disait) qui rassemblait, canalisait et organisait toutes ces jeunes volontés de Résistance. Elle organisa au Quartier Latin la lutte contre les mesures antijuives - port de l’étoile, sabotage en Sorbonne des cours organisés par le haut commissariat aux question juives – accompagnée de propagande antinazie.

En mars 1943, sur dénonciation, arrêtée par la Gestapo, elle passe 5 mois en prison à Fresnes . A sa sortie elle intègre les FTPF, branche militaire et armée du Front National. En avril 1944, de nouveau dénoncée et arrêtée par la Gestapo, elle retourne à Fresnes, est mise au "secret", puis suit comme elle dit le "parcours classique vers la Déportation" : Fort de Romainville, Sarrebruck, Ravensbrück et enfin Sachsenhausen.

A Ravensbrück, dépouillée de ses vêtements elle prend la tenue bien connue : robe rayée, foulard et galoches. Elle devient une "Stücken" (un objet). Son parcours se poursuit à l’usine Siemens, dans un kommando près de Berlin. Les multiples bombardements américains font des ravages … mais l’usine est épargnée. Le Kommando de 800 femmes est évacué au camp de concentration de Sachsenhausen où, faute de place, les SS commencent à utiliser la chambre à gaz. Elle y échappe "par miracle". Le 21 avril 1945 commence la marche forcée sur "les routes de la mort". 300 kilomètres. Plus de deux semaines terribles puis c’est la libération par les troupes soviétiques.

Deux autres semaines plus tard "je suis rapatriée en France et j’arrive à l’hôtel Lutétia à Paris où m’attend ma famille".
Résistante et Déportée, Déportée parce que Résistante, Colette était Présidente d’Honneur de notre Comité ANACR du Pays Bigouden et participait à toutes nos réunions et cérémonies quand elle le pouvait.
Un hommage public, souhaité par notre association et la famille, devait lui être rendu en ce début de semaine, avant le transport du corps à Bry-sur-Marne. Cela n’a pas été possible du fait de la législation générale concernant les obsèques. Cet hommage à Lesconil, souhaité par Colette, est ainsi reporté au dernier dimanche d’avril 2014, "Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation".
Nous y donnons rendez-vous à tous ceux qui ont connu et aimé Colette, et même, au-delà, à tous ceux qui partagent les valeurs qui étaient les siennes.

Lorsque nous l’avions interviewée il y a quelques années son message pour les jeunes, pour l’avenir, était le suivant : "Respecter la liberté des peuples, rejeter toute guerre, quelle qu’elle soit, car ce sont toujours les innocents qui paient, combattre pour la paix et la compréhension entre les peuples, tels sont mes buts après ce vécu …"
La vie de Colette, après-guerre, a été empreinte, jusqu’à sa mort, de ces principes humanistes et des valeurs issus de la lutte clandestine dans la Résistance en France et des 13 mois effroyables de déportation qu’elle a subis en Allemagne. Elle mérite notre respect et notre reconnaissance.

Elle était titulaire de la Légion d’Honneur, de la Médaille Militaire, de l’Ordre du Mérite, de la Médaille de la Résistance …


Edgard De Bortoli


Colette : NOL Exclusion dans l'histoire

Ci dessous : cliquez sur le dossier pour le télécharger.

Stacks Image 26249
Stacks Image 26251


Cécile ROL TANGUY, Charles PAPERON et Colette NOL lors de l'inauguration d'une rue ROL-TANGUY