PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



LE GUENNEC Héléna
et quatre de ses cinq enfants, Henri, Jacques, Monique et Michel
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 14 février 2021



Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :



  • Héléna la maman s’occupe du ravitaillement et de la logistique,
  • Henri le frère ainé, militaire, capitaine, alias « MARC » commandant responsable quimpérois et départemental,
  • Pierre, alias « GILDAS », agent de liaison, absent le jour de l’arrestation,
  • Jacques, militaire, sous-lieutenant, alias « YVES » chargé des questions maritimes

Stacks Image 26268

Jean LE BLOC'H 90 ans, ancien résistant membre du réseau TURMA VENGEANCE a échappé de peu à l'arrestation.
Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/il-y-70-ans-une-famille-arretee-par-la-gestapo-1926316

Il y a 70 ans, une famille arrêtée par la Gestapo
Pour Jean Le Bloc'h, le souvenir est resté intact. Arrêtés en 1944, trois membres de la famille Le Guennec ne sont pas revenus de déportation.

Le 20 janvier 1944 à midi, la Gestapo surgit au 32, rue de Kerlérec, à Quimper. Héléna Le Guennec et quatre de ses cinq enfants, Henri, Jacques, Monique et Michel sont présents. Ils abritent trois aviateurs, deux Français et un Américain, prêts à partir pour l'Angleterre pour continuer le combat. Tous sont conduits au siège de la Gestapo, situé au 15 rue Laënnec.

L'ancien résistant Jean Le Bloc'h, 90 ans, a bien connu la famille Le Guennec. Il rencontre Henri, l'aîné, au lycée Saint-Louis, en 1942 à Paris. « On préparait Saint-Cyr en même temps. Il était de Quimper, alors je le connaissais de nom ».
À son retour en juin 1943, les deux Quimpérois entrent dans la Résistance « On a été contacté par Jean Jaouen, qui lançait le réseau Turma Vengeance dans le Finistère. Il nous a dit : on a besoin de vous ici ».
La mère et trois de ses quatre fils s'engagent rapidement dans le réseau. Henri Le Guennec (alias Marc à Vengeance), devient responsable départemental du réseau. Son frère Pierre (alias Gildas) est agent de liaison. L'autre frère, Jacques (alias Yves), est chargé des questions maritimes. Il n'est pas présent le jour de l'arrestation. La mère s'occupe du ravitaillement et de la logistique. Ange, le chef de famille, est absent : prisonnier de guerre, il est interné en Allemagne.

« Je suis parti à 11 h, ils se sont fait arrêter à midi »

Jean Le Bloc'h est lui aussi membre de Turma Vengeance. Il est agent de liaison entre Douarnenez, Audierne et Quimper, où il a l'habitude de rencontrer les Le Guennec. « Le matin (du 20 janvier 1944 Ndlr), j'étais chez eux pour récupérer des documents » précise Jean Le Bloc'h.
Le résistant dissimule les papiers dans le guidon de sa bicyclette et part rejoindre sa troupe scout, dont il est le chef, devant l'église Sainte-Thérèse.
Là-bas, sa mère et une de ses soeurs le préviennent que les Le Guennec ont été arrêtés. « Je suis parti à 11 h, ils se sont fait arrêter à midi » se souvient avec émotion Jean Le Bloc'h. Henri est envoyé en Allemagne, où il meurt le 1
er novembre 1944. Jacques meurt étouffé dans le train qui le conduit à Dachau, le 5 juillet 1944.
Héléna, la mère, meurt malade à Ravensbrück en février 1945. Compte tenu de leur jeune âge, Michel, 8 ans, est relâché au bout de cinq jours, et Monique, 16 ans, en mai 1944.


70 ans après, Jean Le Bloc'h se pose toujours des questions. « On a jamais pu savoir qui a prévenu la Gestapo. C'est encore le mystère aujourd'hui ».