PÔLE JEAN MOULIN

"Je m’incline respectueusement devant ( leur ou sa ) famille douloureusement éprouvée et j’espère qu’à l’avenir elles seront l’objet de plus de sollicitude, elles le méritent, après le sacrifice de leur héros. » Extrait du document de la page sur "Inhumation Brest 22-10-1947 ROPARS-ROLLAND-TEUROC-MONOT » dans la partie "La Libération et l'Après Guerre... "



CHUDALLA-GIELNIK Franciska née Gielnik
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 26 septembre 2020


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Renseignements à venir

Liens utiles :




source : https://maitron.fr/spip.php?article166904

CHUDALLA-GIELNIK Franciska,
écrit parfois CHUDALA

Née le 15 février 1905 à Elle (Allemagne), fusillée le 29 juin 1940 à Doullens (Somme) ; nationalité polonaise ; ménagère.

Mariée et demeurant à Vimy (Pas-de-Calais), Franciska Chudalla y fut arrêtée le 1er juin 1940 par la Feldgendarmerie, suite aux maltraitances subies par quatre aviateurs allemands tombés le 18 mai au lieu-dit « L’Emprunt » (commune de Vimy).
D’après certains témoignages, l’avion aurait été abattu par les troupes britanniques, et ce sont des soldats français qui auraient exécuté ses occupants. Une foule de cinq cents personnes auraient lynché l’un des membres de l’équipage. Quoi qu’il en soit, les Allemands prirent des otages dès qu’ils arrivèrent à Vimy.

D’après une lettre adressée le 18 novembre 1942 par Brinon au chef du gouvernement à Vichy, « Virel, ainsi que deux personnes de nationalité polonaise, était accusé d’avoir achevé un aviateur allemand, en se livrant sur sa personne à des actes de barbarie » (une castration, dit-il).

Déférée le 1er juin 1940 devant un tribunal militaire de campagne, Franciska Chudalla fut condamnée à mort (comme
Ernest Virel et Brodislas Pchalek) et fusillée le 29 dans la citadelle de Doullens. Cette exécution est étonnante car les Allemands n’exécutaient pas les femmes, privilégiant la déportation et l’exécution en Allemagne. La Délégation générale du gouvernement dans les territoires occupés (DGTO) fut prévenue trop tard de son exécution, à savoir le 18 septembre 1942.

Le nom de Franciska Gielnick figure sous cette dénomination sur le monument aux morts et des plaques commémorative (église Saint-Martin) de Vimy.