PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



BROSSOLETTE Pierre
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 7 janvier 2021


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26256


Renseignements à venir
Stacks Image 26272
Stacks Image 26268

Source : Histoire de rues CARHAIX par Dominique MESGOUEZ

Pierre Brossolette : journaliste-résistant
Né en 1903 à Paris d'une famille d'enseignants, Pierre Brossolette devint journaliste et travailla au Populaire.

Militant socialiste, il fera la seconde guerre mondiale comme capitaine avant d'être démobilisé en 1940 et de rentrer à Paris.

A son retour il apporte son concours à la presse clandestine. Durant l'hiver 40-41 il entre en contact avec le groupe du «Musée de l'Homme» et collabore à son journal Résistance.

Il travailla ensuite avec le réseau Rémy (Confrérie Notre-Dame-Castille ou C.N.D.) et adressa des rapports réguliers au service d'information à Londres.

De Gaulle lira l'un deux et demandera au journaliste de le rejoindre à Londres. P. Brossolette quitte la France par avion le 26 avril 1942 ...

Il revient quelques semaines plus tard avec pour mission de prendre contact avec diverses personnalités politiques françaises afin de créer un commissariat civil.

Après un nouveau déplacement en Grande Bretagne en septembre 42, il est notamment chargé de procéder à l'inventaire de toutes les forces et organisations susceptibles de jouer un rôle lors d'un soulèvement national préparant la Libération.

En compagnie de Jean Moulin et de Passy, il forme le conseil national de la Résistance (C.N.R.).

Le journaliste-résistant reçoit la croix de guerre, à Londres le 25 avril 1943, et est cité à l'ordre des F.F.L. en ces termes :
"Officier d'une rare énergie et d'une ténacité remarquable. Faisant preuve d'un mépris total du danger, a contribué avec un plein succès à l'organisation de la résistance en France et à l'union de tous les français contre l'envahisseur".

Après un passage à Alger, il revient en France occupée pour étudier le remplacement de Jean Moulin arrêté par la Gestapo.

C'est lors d'un nouveau retour vers Londres qu'il est arrêté.

Le 2 février 1944, il quitte l'ile Tudy (29) à bord du Jouet des flots mais la mer est mauvaise et l'embarcation s'échoue près de Plogoff (29).

Revenu à terre, Pierre Brossolette est arrêté, conduit à la prison de Rennes puis à Paris en mars 1944.

Après de multiples interrogatoires et tortures, le résistant est placé à demi mort dans une cellule.

Laissé seul un moment, il réunit ses dernières forces et se jette de la fenêtre du cinquième étage.

Il meurt dans la nuit du 22 mars 1944.