PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



BRÉBAN Marc
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 1er février 2021


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Renseignements à venir

Liens utiles :

Coatmallouen


Trébeurden. Marc BREBAN,
le plus jeune des maquisards de Coat-Mallouën, est décédé


Stacks Image 24
En juillet 2015, Marc Bréban avait reçu la Légion d’honneur des mains du général François Budet, à ses côté M ZIEGLER de Guingamp

Source : Fabienne MENGUY. Publié le 08/01/2019 ARCHIVES OUEST-FRANCE
Marc Bréban, habitant Trébeurden (Côtes-d’Armor), est décédé, à l’âge de 91 ans. Alors qu’il n’avait que 17 ans, il fut le plus jeune homme à intégrer le maquis de Coat-Mallouën qui, en juillet 1944, en forêt de Saint-Connan et Plésidy, a mené un âpre combat contre des soldats allemands.
Marc Bréban vient de décéder à l’âge de 91 ans, à son domicile de Trébeurden (Côtes-d’Armor). Il était le plus jeune des maquisards de Coat-Mallouën, de Saint-Connan - Plésidy (Côtes-d’Armor).

Élève en classe de première, à l’institution Notre-Dame de Guingamp, il n’avait que 17 ans quand il a rejoint le maquis de Coat-Mallouën. Et, à ce titre, était le plus jeune patriote dans les rangs de ce maquis. Il a pris part au combat du 27 juillet 1944 contre une colonne allemande.

« C’est lui qui, au moment du repli, au pied du mat des couleurs, a recueilli le drapeau, en a entouré son corps et l’a remis à son chef lorsqu’il a atteint la zone refuge de Duault » , retrace avec émotion le général François Budet, président de l’association des Anciens et amis du maquis de Coat-Mallouën.

Il prend part à la libération de Guingamp

Après avoir pris part à la libération de Guingamp, le 7 août 1944, « il a fait partie de la section David qui a accompagné le colonel Eon, de la mission Aloès, aux côtés des Américains, jusqu’aux portes de Brest, au sein d’une compagnie qui va être dénommée Choc de Bretagne » , poursuit le général.

Le jeune patriote reprendra ses études à Guingamp, dès la rentrée suivante. Cependant, « il reste en liaison avec les cadres du maquis de Plésidy et suit en particulier le projet de création du monument de Coat-Mallouën, poursuit le général Budet. Il prête main-forte, au courant du mois de juillet 1945, pour la mise en place de la stèle. »

Décoré de la Croix de guerre 1939-1945

Le 5 août de la même année, il sera bien présent pour l’inauguration de ce monument du souvenir, installé à Saint-Connan ; une cérémonie présidée par René Pleven, ministre des Finances et de l’Économie nationale, avec à ses côtés des représentants de Grande-Bretagne et des États-Unis.

Lors de cette cérémonie, Marc Bréban sera « décoré de la Croix de guerre, sur le front des troupes, pour avoir ramené sous la mitraille ennemie le drapeau de son unité. Il est cité à l’ordre de la division pour son courage et son respect vis-à-vis de l’emblème national, mais aussi pour son action dans le cadre des combats menés par la compagnie Choc de Bretagne », indique-t-il.

Puis il intégrera HEC (Hautes études commerciales) et connaîtra une « très belle carrière dans le monde naissant de l’informatique. Plus récemment, il a participé à la création du musée de la Résistance de l’Étang-Neuf, à Saint-Connan, et prêté son concours lors du tournage du film de Guy Delattre, Les patriotes de Coat-Mallouën  » , précise le général Budet. Qui, en juillet 2015, a eu l’honneur de lui remettre la Légion d’honneur, au grade de chevalier, lors de la cérémonie annuelle du souvenir des combats de 1944.

Ses obsèques seront célébrées vendredi 11 janvier, à 14 h 30, en l’église Saint-Jean-du-Baly, à Lannion.