PÔLE JEAN MOULIN

Chers Amis du Pôle Jean Moulin-réseau MRN, A toutes et tous nos voeux les plus chaleureux pour 2021. L'année qui s'achève fut rude et éprouvante. Une pensée fraternelle pour tous nos amis disparus. Ils resteront chers à notre coeur. Je vous embrasse, Anne FRIANT MENDRES



COATPÉHEN Pierre
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 20 mars 2021


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


FORCES FRANÇAISES LIBRES
Source : http://enenvor.fr/eeo_actu/livres/en_mission_avec_pierre_coatpehen.html
A gauche :
Le Romilly en août 1944, au bois de Boulogne. Pierre Coatpéhen à droite sur la photo. Archives privées famille Coatpéhen / Locus Solus.

En mission avec Pierre Coatpéhen


Les souvenirs de guerre du regretté Pierre Coatpéhen, décédé en 2004, que publient les éditions Locus Solus raviront plus d’un lecteur1. Chacun trouvera dans ce beau volume, doté d’une mise en page claire et moderne ainsi que d’attractifs cahiers iconographiques, un récit haletant, celui d’un pionnier de la France libre, d’un jeune ouvrier de 18 ans parti de Brest le 18 juin 1940 et parvenu cinq ans plus tard jusqu’au Nid d’Aigle via Strasbourg, Paris, l’Afrique et la Grande-Bretagne. Et l’on se demande d’ailleurs pourquoi cet ouvrage s’intitule En mission avec la 2e DB. De la libération de Paris au Nid d’Aigle puisque l’engagement de Pierre Coatpéhen est bien antérieur au 25 août 1944…
Ceci dit, il n'en demeure pas moins que le plus large public revivra avec plaisir l’épopée des hommes de Leclerc qui, d’abord réunis au sein de la force L forment ensuite la légendaire 2e division blindée. Outre une odyssée fantastique, ce récit est un excellent de (re)découvrir la guerre des chars à bord du Romilly tant le texte fourmille d’informations techniques de grand intérêt, notamment pendant les difficiles combats des Vosges, lors de l’automne 1944.

De même, on ne saurait trop conseiller ces mémoires de Pierre Coatpéhen aux étudiants et autres amateurs d’histoire en ce que ce texte, rédigé très tardivement, est une parfaite illustration du phénomène dit de reconstruction de mémoire. Mélangeant les niveaux de narration, l’auteur accumule en effet les anachronismes comme lorsqu’il raconte – en des lignes par ailleurs passionnantes – son embarquement pour une destination inconnue en juin 1940 à Brest sous l’œil du « colonel Magrin-Vernerey, dit général Monclar » (p. 10). Or chacun aura bien évidemment noté qu’à ce moment Magrin-Vernerey n’est ni général ni Monclar, puisque ce n’est qu’une fois nommé par le général de Gaulle chef de la 1e brigade de Légion française qu’il prend ce pseudonyme. Il en résulte qu’il est parfois difficile le tri entre ces différentes couches mémorielles mais, encore une fois, on aurait grand tort de faire l’économie de cet ouvrage.

L’un des aspects qui frappe le plus dans ce texte est le lien très fort de l’auteur à sa petite patrie, à savoir les environs du Relecq-Kerhuon, commune nichée sur l’Elorn à quelques encablures de Brest. Parti à 18 ans de chez lui, la guerre de Pierre Coatpéhen s’apparente en effet aussi à une découverte du monde : la Grande-Bretagne on l’a dit mais aussi l’Afrique, Paris, l’Alsace puis l’Allemagne sont à chaque fois l’occasion de passages qui s’apparentent à une certaine forme de tourisme (p. 19 notamment). Là encore, il n’y a au final rien d’étonnant de la part d’un jeune homme qui voit par l’intermédiaire de la France libre son horizon s’élargir considérablement. Pour autant tout cela souligne la permanence des références à la Bretagne, dimension qui est perceptible dans les nombreux portraits de Français libres qui jalonnent le texte : un tel est d’Audierne, un autre de Saint-Brieuc, Brest, Pontivy… Mais le sommet est sans doute atteint lors d’une rencontre fortuite à Pointe-Noire, au Congo, avec une femme du Relecq-Kerhuon ! (p. 18-19). D’ailleurs, au Maroc, Pierre Coatpéhen confesse que ces évocations de la petite patrie – qu’il serait intéressant de mettre en rapport avec des statistiques précises concernant l’origine géographique des membres de la compagnie au sein de laquelle sert l’auteur – « font beaucoup de bien après tant de mouvements depuis 1940 » (p. 33).
Source : http://enenvor.fr/eeo_actu/livres/en_mission_avec_pierre_coatpehen.html

A droite : Au bois de Boulogne en août 1944. Archives privées famille Coatpéhen / Locus Solus.

Les spécialistes de la France libre savent que cet ouvrage n’est pas la première version des mémoires de Pierre Coatpéhen. Celles-ci sont en effet parues en 2004 et le texte édité par Locus Solus est en fait une création hybride, assurée par la veuve de l’auteur, compilation des mémoires originales et de passages écrits pour un volume sur la guerre des chars. Pour autant, là encore, on aurait tort de laisser de côté ce livre. En effet, si Pierre Coatpéhen ne tarit pas d’éloge sur son chef, le général Leclerc (il « a le génie de toujours se trouver au point névralgique » p. 67), dont on sait par ailleurs toute la mystique qui l’entoure, certains passages sont au contraire rares en ce qu’ils dévoilent une autre facette de la France libre, sans doute plus humaine, en un mot plus normale. C’est ainsi que sont évoqués dans cet ouvrage des vols d’effets personnels (p. 11, 32, 121), le viol d’une jeune anglaise par des légionnaires (p. 12) ou encore des comportements peu corrects à l’endroit des populations civiles allemandes (p. 118) au moment de la découverte du camp de Dachau. En définitive, ces mémoires de Pierre Coatpéhen que publient les éditions Locus Solus sont un texte riche, autorisant de nombreux niveaux de lecture, et qui devraient donc ravir un public nombreux.

Erwan LE GALL

COATPEHEN, Pierre, En mission avec la 2e DB. De la libération de Paris au Nid d’Aigle, Lopérec, Locus Solus, 2014.

Source : https://www.wikiwand.com/fr/Le_Relecq-Kerhuon
Pierre Coatpéhen[107], qui travaillait dès l'âge de 17 ans à la pyrotechnie de Saint-Nicolas, partit en Angleterre, répondant à l'Appel du 18 juin 1940 et fut membre de la 2e DB ; il était sur le char « Romilly » lors de la libération de Paris le 24 août 1944, puis contribua à la libération de Strasbourg et à l'occupation du nid d'aigle d'Hitler[108].

Source :
https://www.babelio.com/auteur/Pierre-Coatpehen/337570

Né(e) : 1922
Mort(e) le : 25/11/2004
Biographie :

Pierre Coatpéhen a mis 44 années de sa vie au service de l'État français.

En 1939, il a 17 ans et travaille comme aide artificier à la Pyrotechnie de Saint-Nicolas. Répondant à l'appel du 18 juin 1940 lancé par le général de Gaulle, il quitte Brest pour rejoindre l'Angleterre avant d'intégrer la fameuse division blindée du Général Leclerc : la 2ème DB qui libéra Paris de l'Occupation.

Il embarque sur un cargo, le Meknès, avec trois amis. Les aléas de la guerre le conduiront dans divers pays d'Afrique.

D'entraînements en exercices sur des chars Sherman prêtés par les Américains, de rencontres avec le général Leclerc en inspections par le général de Gaulle, il participe à la préparation du débarquement en Normandie. Le branle-bas de combat est fixé au 3 août 1944.

En tête du convoi, Pierre Coatpéhen est à bord du Romilly, l'un des trois chars qui opèrent en éclaireurs. Et c'est sous les tirs ennemis qu'ils atteignent Paris, le 24 août 1944.

Après la libération de la ville, il repart en mission dans les Vosges, puis en Alsace, où les combats se poursuivent. En 1945, ce sera en Allemagne, pour la prise du "Nid d'Aigle", la forteresse bavaroise d'Adolf Hitler.

Démobilisé le 30 juin, il rentre en terre kerhorre. Son retour à la vie civile passe par Saint-Nicolas, puis par les plages finistériennes qu'il faut déminer.

En 1951, il opte pour la gendarmerie, qu'il servira en France et à l'étranger jusqu'en 1968, date à laquelle il réintègre la Pyro. Fatigué, il poursuivra malgré tout son activité jusqu'à sa retraite.


Source : http://www.letelegramme.fr/

Source : https://livre.fnac.com/a7247633/Pierre-Coatpehen-En-mission-avec-la-2e-D-B
Résumé
Récit d'un jeune soldat breton pendant la seconde guerre mondiale : A 17 ans, Pierre Coatpéhen quitte Brest le 18 juin 1940 pour rejoindre l'Angleterre avant d'intégrer la fameuse division blindée du Général Leclerc : la 2ème DB qui libéra Paris de l'Occupation.

Pierre Coatpéhen raconte en détail ces années de guerre, son débarquement à Utah Beach à bord du char le Romilly, qui fut le 1er rentré dans Paris la veille de la libération soit le 24 août 1944.

L'épopée de la 2è DB le conduit ensuite vers la libération de Strasbourg en novembre 1944, après de durs combats. En mai 1945, soit 5 ans après son départ, il participe à l'assaut de Berchtesgaden, vers le Berghof et le Nid d'aigle d'Hitler.

Un récit précis et documenté, près de 70 documents inédits issus de la collection personnelle de l'auteur aujourd'hui disparu.

A noter, sa veuve Marie-Thérèse nous a permis de réaliser cet ouvrage d'après le manuscrit, les documents conservés et une première édition du récit de son mari sous le titre "J'étais dans le char historique" paru pour un cercle restreint en 2004.