PÔLE JEAN MOULIN



LE RÉSEAU GAREL
Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 10 AVRIL 2021




Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26256


Réseau de résistance créé par Georges Garel avec l'aide de son épouse Lili Garel, à Lyon
Stacks Image 26279
Source : http://www.juifs-en-resistance.memorialdelashoah.org/la-resistance-juive/les-filieres-de-sauvetage/le-reseau-garel.htm


Georges Garel est né le 1er mars 1909 à Vilna (Lithuanie) où son père était ingénieur. En 1912 la famille s'intalle à Kiev (Ukraine), puis à Berlin en 1924. En 1926, il émigre à Paris où il obtient un baccalauréat littéraire et un scientifique.

Il entre à l'Ecole Polytechnique de Zurich de laquelle il reçoit en 1932 le diplôme d'ingénieur électricien. Il obtient la nationalité française en 1934. Le 30 août 1939 il est mobilisé comme lieutenant d'artillerie à l'Etat-Major du Colonel Vallet sur la frontière italienne du Dauphiné. Démobilisé en 1940, il poursuit son activité d'ingénieur à la Compagnie Electro-Mécanique de Lyon.

Il prête un concours actif au mouvement "Combat" dirigé par son ami Claude Bourdet (et Henri Fresnay). L'engagement effectif de Georges Garel dans l'O.S.E. (Oeuvre de Secours des Enfants) date du 23 août 1942 lorsqu'il participe à la commission de "criblage" des 1200 juifs de la région lyonnaise arrêtés lors des rafles de l'été 1942 et internés à Vénissieux.


En décembre 1942, Joseph Weill demande à Georges Garel de constituer le réseau clandestin permettant de camoufler les enfants sous de fausses identités et de les disperser en les cachant au sein de la population. La tâche du "Circuit Garel", qui se développe de janvier 1943 à l'automne 1944, est de garder le contact avec ces enfants dispersés, pourvoir à leur entretien, et développer le réseau en zone sud.

Il épouse à Lyon Lili Tager en 1943 avec qui il a sept enfants. En 1944, il est nommé directeur général de l'O.S.E.-France, et en 1948 il reprend son poste d'ingénieur à la C.E.M. où il reste jusqu'en 1974. Il reste membre du conseil d'administration de l'O.S.E. dont il est président de 1951 à 1978. Il décède le 9 janvier 1979 à Paris d'un infarctus.

Survivant.

Stacks Image 26284
Source : https://pmhdieulefit.org/activites/lili-garel-nous-a-quittes-a-la-mi-novembre/


Lili Garel
Le 26 août 1942, 1015 Juifs de la région lyonnaise sont enfermés dans le camp de transit de Vénissieux, à côté des Indochinois (ou « ONS », pour Ouvriers Non Spécialisés, réduits à une sorte d’esclavage depuis qu’ils ont été arrachés par la République française à leur pays en septembre 1939). 

Une « commisssion de criblage«  réussit à faire sortir du camp les plus jeunes Juifs (moins de 15 ans), au nombre de 471. Mais 545 adultes n’ont pas cette chance et sont déportés vers Auschwitz. Parmi eux, beaucoup de parents qui ont dû renoncer à leurs enfants par écrit pour les sauver.Tel est le résultat effrayant  de la politique raciale conduite en zone non-occupée par les autorités de Vichy.


    Soixante-dix ans plus tard, une plaque commémorative a été inaugurée, le 29 août 2012 à Vénissieux. À quelques mètres du terrain de l’ancien camp de transit de Vénissieux, la plaque  rend hommage : « ……à toutes celles et ceux qui, à titre individuel, et au nom d ‘associations caritatives ont participé du 26 au 29 août 1942 au sauvetage des Juifs étrangers arrêtés en Rhône-Alpes et regroupés au camp de Vénissieux ».


Capture_d’écran_2013-12-01_à_12.35.52


Parmi celles et ceux qui sont honorés ce 29 août 2012 se trouve Lili Garel (photo ci-contre) . Modeste, elle minimise 
son rôle : « Je n’étais qu’une assistante sociale, j’étais surtout là pour le soutien moral ». Sa fille, qui l’accompagne, s’étonne de sa pudeur  » Elle  a sauvé plus d’une centaine d’enfants. » Mais Lily, émue, rappelle que tous ceux de plus de 15 ans ont été déportés vers Auschwitz.

Parmi les enfants que Lili (21 ans) a pu extraire du camp se trouvent six enfants qui vont ensuite rejoindre Dieulefit : Werner Matzdorff, Henry Schwarz, Gilbert Weil, Helmut Meyer (à Beauvallon), Isaac Fabrikant (chez Henri Morin) sa soeur Jeanne chez les soeurs Deonat.


Lili Elise Tager, épouse Garel en 1943, est née à Paris en 1921. En 1942, elle travaille à Lyon aux côtés de Elisabeth Hirsch pour l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants, organisation juive très mobilisée pour secourir les enfants juifs étrangers qui se trouvent sur le sol français).

Lors des rafles de l’été 1942, elle rejoint Georges Garel (son futur mari, fondateur du « Réseau Garel », branche de l’OSE entrée dans la clandestinité) et se dévoue sans limite pour faire échec au programme de déportation enclenché par le gouvernement Laval.

Lili Garel et son mari Georges connaissaient bien Dieulefit. En compagnie des Lederman (Charles et Raya), ils séjournent souvent dans la petite cité, accueillis régulièrement par la famille Lemaire (Pierre et Louis). Raya Lederman (née … Garel, elle était la soeur de Georges) a accouché de sa fille Claudie à Dieulefit, elle habitait au bas de la Pouilleuse, et à la pension « Chez nous ».

Les Garel et les Lederman fréquentaient Elisabeth et Marc Préault, les Lemaire,  Piolenc, architecte au Poët-Laval.      




                                       
Les pères de Charles et de Georges avaient une « planque » également à Grignan.
 
Georges Garel a écrit une autobiographie, rééditée, (où il est question du refuge dieulefitois, de la « couverture » que G. Garel avait trouvée à la poterie Lemaire, en haut de la rue des Écoles, du rôle de Lili) :
Le sauvetage des enfants juifs par l’OSE (Avec la participation de Katy Hazan)
     352 pages / 49 illustrations Prix : 25,90 €  (Lili a donné un texte dans cet ouvrage).
                      
 Consulter aussi ce lien vers film et bibliographie                        
                                                                                         LIli Tager (Garel), 21 ans.
Stacks Image 26268

Georges GAREL Coll.
Mémorial de la Shoah / CDJC

Source : https://www.wikiwand.com/fr/R%C3%A9seau_Garel


Le Réseau Garel est un réseau de résistance créé par Georges Garel avec l'aide de son épouse Lili Garel, à Lyon, de 1942 à 1944, dans le cadre de l'Œuvre de secours aux enfants (OSE), dans le but de sauver des enfants juifs de la déportation.

Histoire
Le Réseau Garel est créé en août 1942[1] à Lyon. À la suite de la Nuit de Vénissieux (camp de Vénissieux) d'août 1942, et le sauvetage de 108 enfants, Joseph Weill[2], médecin français qui a un rôle important dans la Résistance, fait appel à Georges Garel, un ingénieur français, membre de la Résistance dans le mouvement Combat, pour organiser un circuit clandestin d'enfants[3].
L'Hôtel Victoria
[4], 3 rue Delandine, Lyon Centre Perrache, est lieu de rendez-vous donné par Joseph Weill pour la constitution du réseau Garel en janvier 1942[5].
Le domicile des Garel est le centre nerveux du réseau. Leur premier domicile est au 63-68 Boulevard de Brotteaux: c'est le lieu de rendez-vous des cadres du réseau. Puis après l'arrestation de Lili Garel avec sa belle-sœur Raya Garfinkel
[6], le 26 novembre 1944 (elles sont libérées le 31 décembre 1944)[7], le nouveau domicile est au 16 rue Jeanne d'Arc à Montchat[5].
Il s'agit de disperser les enfants juifs dans un milieu non juif, de leur donner une identité « 
aryenne » et de les faire suivre par un personnel non-juif ou juif sous une fausse identité[8]. Georges Garel trouve le soutien de Mgr Saliège[9],[10],[11], archevêque de Toulouse, Juste parmi les nations, et de Mgr de Courrèges, son coadjuteur, Juste parmi les nations. Ce dernier permet de sauver un grand nombre d'enfants juifs dans les centres de la colonie Sainte-Germaine, en particulier à Vendine (Haute-Garonne), dans le Lauragais.
Parmi ceux qui aident le réseau Garel, on trouve
La Cimade et les pasteurs protestants autour de Marc Boegner, Juste parmi les nations, et les Amitiés chrétiennes de l'abbé Alexandre Glasberg, Juste parmi les nations[3].
Le rabbin de
Brive-la-Gaillarde (Corrèze), de la Corrèze, de la Creuse et du Lot, membre de la Résistance, dans le mouvement Combat avec Edmond Michelet, David Feuerwerker organise des caches pour les enfants aidés par l'OSE[12],[13],[14].
Le réseau Garel a sauvé près de 1 500 enfants
[15] ou 2 400 enfants[3].
Ce n'est qu'après la
Seconde Guerre mondiale que Georges Loinger et Fanny Loinger découvrent qu'ils faisaient de la Résistance et dans le même Réseau Garel [16].
En 2015, une analyse est faite par Cindy Banse
[17] et Laurent Beaugitte sur l'efficacité d'un réseau de sauvetage d'enfants se basant sur le circuit Garel[18]. Les auteurs notent en particulier que les membres de ce réseau sont apparentés, ce qui assurait la cohésion.
La nuit de Vénissieux
Le 23 août 1942, l’OSE, les éclaireurs israélites de France, les Amitiés chrétiennes et plusieurs autres organisations humanitaires, participent à la commission de « criblage » des 1200 juifs de la région lyonnaise arrêtés lors des rafles de l’été 1942 et internés au camp de Vénissieux. La commission parvint à sauver momentanément 160 adultes, dont 80 sont à nouveau interpellés le lendemain, puis 108 enfants. Cet évènement tragique est connu sous le nom de « nuit de Vénissieux ». L’OSE, les Amitiés chrétiennes et l’Action catholique de Germaine Ribière, Juste parmi les nations, refusent de rendre les enfants malgré les ordres donnés par Vichy au préfet régional Angéli de « ne pas séparer les familles ». Ils sont dispersés avec de faux papiers dans des institutions catholiques, sous la surveillance de l’OSE[19],[20].
L'
historienne Valérie Perthuis-Portheret a réalisé un film qui relate la vie de Lili Garel, et en particulier son rôle dans la nuit de Vénissieux (28-29 août 1943), au cours de laquelle 108 enfants juifs ont été sortis du camp d'internement de Vénissieux (Métropole de Lyon) et sauvés de la déportation[21]. A noter que c'est peu après cet événement que Lili Tager et Georges Garel se marient[22], en 1943[18]. Vénissieux marque le début de l'action sur le terrain de Georges Garel avec l'OSE, jusqu'alors ingénieur à Lyon, et c'est la première implication sur le terrain de Lili Tager, qui venait à peine d'être embauchée dans le bureau de l'OSE à Lyon, comme secrétaire à temps partiel et comme assistante sociale. Elle a 20 ans. Elle n'oublie pas, des années plus tard, le "cauchemar" de Vénissieux[23],[24],[25],[26],[27].
Parmi ceux qui œuvrent au sauvetage à Vénissieux, on trouve le père
Pierre Chaillet, Juste parmi les nations, l'abbé Alexandre Glasberg et Jean-Marie Soutou[28].
Le lieu de transit des enfants de Vénissieux est au 10 Montée des Carmélites, au service social de l'OSE
[5].
Membres
Les membres, par ordre alphabétique, sont[29]:

Sous-réseau de la Loire (1942-1944)
Les membres, par ordre alphabétique, sont[57] :
  • Badard
  • A. Cremieux
  • Thevenet
  • C. Barwitsky
  • M. Dreyfus
  • A. Dumas
  • M. Guy
  • H et D. Levi
  • J. Levi
  • P. Loire
  • paysans
  • Sœurs de Saint Joseph
  • M. Vial


Survivants de la rafle du camp de Vénissieux