PÔLE JEAN MOULIN

Cérémonie le lundi 22 août 2022 à Brest à 11h00-"De Bortoli, lucide sur son sort, endosse la responsabilité des divers actes de la résistance locale pour clore les enquêtes ou lever des soupçons. Il est alors condamné à mort le 14 mai 1942." -https://www.resistance-brest.net/article1108.html-



CRÉAC’H Michel
Né le 14 juillet 1922 (à CARANTEC CÔTES DU NORD ou D’ARMOR)

Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 14 mars 2022



Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Inspecteur de police

Résistant OCM-AS
Stacks Image 26268
Source : https://fusilles-40-44.maitron.fr/?article212422

Né le 14 juillet 1922 à Carantec (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) , exécuté le 8 août 1944 à Chanteloup-les-Bois (Maine-et-Loire) ; inspecteur de police ; résistant OCM-AS

Michel Créac’h exerçait la fonction d’inspecteur de police à Cholet (Maine-et-Loire). Résistant du groupe « Action » de Libération-Nord dans sa ville, le 7 août 1944, il partit avec Étienne Ferrari et Gérard Vacquier prendre livraison d’ armes destinées à la résistance choletaise, parachutées dans le cadre de l’opération Dickens, à la base 3e SAS Special Air Service, du Bois-d’Anjou à Somloire.

La 3e compagnie placée sous le double commandement français (capitaine Fournier) et britannique (lieutenant Burt) avait été parachutée dans la région choletaise entre le 17 et le 31 juillet 1944 avec pour objectif le harcèlement des forces allemandes pour les démoraliser et couper leurs communications au sud de la Loire afin d’ éviter qu’elles n’ aillent renforcer celles qui se battaient au nord contre les troupes alliées rejoignant la vallée de la Loire .

La récupération des armes en plein jour était périlleuse en raison de la présence allemande. Malgré les appels à la prudence, ils partirent et furent interceptés par les Allemands (qui venaient de débuter une attaque) près de Chanteloup-les-Bois, commune située au nord-est de Cholet. Ses deux compagnons réussirent à s’échapper tandis que Michel Créac’h après avoir été affreusement torturé fut abattu près de la mare de la ferme de La Boulaye le lendemain matin 8 août.

Étienne Ferrari fut repris puis exécuté le 9 août à Somloire.

Reconnu "Mort pour la France", Michel Créac’h a été homologué lieutenant FFI.

Il a été décoré de la Médaille militaire, la Croix de guerre et la Légion d’Honneur.

Son nom est gravé sur les monuments aux morts de Chanteloup-les-Bois et de Cholet ainsi que sur le monument commémoratif 1939-1945 élevé sous le patronage du Comité de la Résistance de Cholet et situé place Créac’h-Ferrari.

SOURCES : Marc Bergère, ¨Pascal Tellier, Serge Guillet, Des Angevins en résistance, 1940-1945, Archives départementales de Maine-et-Loire. — MémorialGenWeb.

Annie Pennetier