PÔLE JEAN MOULIN

Cérémonie le lundi 22 août 2022 à Brest à 11h00-"De Bortoli, lucide sur son sort, endosse la responsabilité des divers actes de la résistance locale pour clore les enquêtes ou lever des soupçons. Il est alors condamné à mort le 14 mai 1942." -https://www.resistance-brest.net/article1108.html-



BALEY Emile

Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 26 juillet 2022


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :
Stacks Image 26256


Réseau d'évasion de la Résistance Pat O'Leary

Stacks Image 26305

WILLIAM BALLEY, fils d’Emile BALLEY

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/chateaulin-29150/il-y-70-ans-la-gestapo-arretait-mon-pere-1081714

« Il y a 70 ans, la Gestapo arrêtait mon père »

Émile Baley et Robert Alba ont tous les deux donné leur nom à un quai de Châteaulin. Ce que beaucoup ignorent, c'est qu'ils ont été déportés en 1943. Un hommage leur était rendu, hier.

Entre guillemets

William Baley, 82 ans, fils de déporté, arrêté par la Gestapo en avril 1943.

Mon père s'appelait Émile Baley. Il est disparu en déportation.

Il est de ceux qui n'ont pas supporté ces 5 ans de déportation et n'ont pu revenir. Je veux témoigner aujourd'hui, avec l'espoir que nos enfants ne connaissent rien de semblable à ces événements inimaginables. Mon père a été jugé par un tribunal militaire et déporté en Basse-Silésie, au camp de concentration de Gross-Rosen. Il y travaillait à l'extraction des pierres de granit.

On n'a su qu'il avait été envoyé là-bas seulement au retour des membres du réseau auquel appartenait mon père.

C'est très émouvant de revenir à Châteaulin, pour cette journée nationale du souvenir de la déportation. J'ai le souvenir de ces voitures de la Gestapo qui sont venues se garer devant chez moi un matin d'avril, et des hommes qui en sont sortis, chapeaux mous et redingotes en cuir noir.

J'avais 12 ans. Nous habitions quai de Nantes. Mon père, assureur de métier, était en déplacement à Cast. Avant que les hommes n'entrent chez nous, ma mère m'a demandé d'aller prévenir mon père que la Gestapo le recherchait. Il avait été confondu comme ayant pris part activement au réseau d'évasion de la Résistance Pat O'Leary, qui venait en aide aux aviateurs américains. J'ai pris mon vélo pour tenter de le rejoindre sur la route de Cast.

Finalement, les hommes de la Gestapo sont partis. Nous nous sommes dit que nous étions tirés d'affaire.

Huit jours plus tard, ils sont revenus.

Mon père, après avoir hésité à quitter Châteaulin, avait finalement décidé de rester. Mon frère était en France non occupée, ils avaient une famille à charge, c'était compliqué pour eux de faire leurs valises. La Gestapo l'a emmené, c'était le 19 avril 1943. Nous ne l'avons jamais revu.

C'est Jean Crouan, député du Finistère au moment où il avait été arrêté, qui, à son retour, est venu nous annoncer que mon père était mort au camp. Du typhus. À l'époque, nous ne pouvions pas imaginer l'existence abominable des camps de concentration. »




Julien COQUET.




SOURCE : LE TELEGRAMME

Ci dessous : cliquez sur le dossier pour le télécharger.

Stacks Image 26259

SOURCE : http://memoiredeguerre.free.fr/ph-doc/15deportes.htm

Ci dessous : cliquez sur le dossier pour le télécharger.

Stacks Image 26311

SOURCE : https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultat_lieux_soldats.php?id_lieu=1169

Ci dessous : cliquez sur le dossier pour le télécharger.

Stacks Image 26313