PÔLE JEAN MOULIN

Le site de LA MALTIÈRE était un lieu d'exécutions pour 76 Résistants, La fusillade qui marqua le plus l'opinion publique de Rennes et de St-Jacques fut celle du 30 décembre 1942. En ce jour, 25 résistants âgés de 19 à 43 ans furent tués. Consultez la page qui leur est consacrée : LA MALTIÈRE"



MARREC Roger
né le 11 février 1924 (à RIEC-FINISTÈRE)

Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 1er décembre 2022


Nom du ou des réseaux d'appartenance dans la Résistance :


Français Libre

Engagé comme 2ème classe pour compter du 13 avril 1943 - matricule 35.553

Source : Yves MORIEULT

Caporal

FAFL/PICARDIE


Stacks Image 26344

SOURCE : http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=83687

Archives Vincennes

France Combattante Etat-Major Particulier du Général de Gaulle

No D84465 BCRA 49109 MO Londres ,20 avril 1943 Interrogatoire De Marrec Roger Louis du 15 avril 1943 Candidat Volontaire aux F.FC

né le 11 février 1924 Riec sur Belon Finistère

Nationalité Française

Religion Catholique

Profession pâtissier

2 frères Jean,30 ans , dans l' artillerie coloniale , à la Martinique

Alexandre 23 ans , dans l' infanterie coloniale dans le Soudan


  • 1 J' ai été à l' école primaire et ensuite à l' école communale à Riecsur Belon jusqu' à 14 ans .Je n' ai pas passé mon certificat d'études. Ensuite je suis entré dans la patisserie chez Kersadec à Lorient.Je suis resté du 10 octobre 1938 à Février 1941Je suis entré chez moi à Riec et j' ai essayé de venir en Angleterre par Marseille .Je suis parti avec un copain mais nous étions à 5 à passer la ligne de démarcation .Nous avons franchi la ligne de démarcation à Teniou à 11 klm de Vierzon dans un petit bateau sur les bords du Cher à Vierzon, cest une dame qui tient un petit café sur les bords du Cher qui nous avait dit qu' un monsieur faisait passer les gens à Tenioul .Ce ci se passait au mois de mars 1941.


  • 2 A Marseille , voyant qu' il n' y avait pas moyen de passer en Angleterre , les copains se sont engagés et je suis suis resté seul deux ou 3 jours à Marseille .D' abord nous avons logé dans un hotel et ensuite au Secour National .Quand mes copains se sont dans la marine , je suis parti , j' ai remonté toute la vallée du Rhone , à pied , en voiture et je suis arrivé à Saint Etienne , ou' je suis allé au Secours Nationale .Là j' ai rencontré un monsieur du Finistére qui trvaillait dans le service des refugiés à Saint Etienne , ou' il m' a donné un bon de transport gratuit comme rapatrié .


  • 3 Je suis rentré dans la patisserie à Lorient comme je n' avais pas d' argent en poche , j' ai travaillé à la base des sous-marins avec les boches , à poser des rails .Je m' étais engagé dans un burau d' embauche .Nous ne travaillions pas beaucoup , nous nous arrangions pour pointer nos cartes , et nous allions au cinéma .Cela a duré 4 mois .En octobre 1941 , j' ai quitté Lorient et je suis rentré chez moi .J' ai passé un bon moment à chercher du travail sans succès, puis j' allais avec d' autres ouvriers en cars tous les d' aviation de Ploemeur ou' nous travaillions jusqu' à la fin de decembre de 1941 .


  • 4 je suis rentré une fois de plus chez moi , et en avril 1942 , je suis allé à Pont Aven trvailler chez Kersadec qui y avait une succursale ,en meme temps j' allais tous les jeudi trvailler dans la patisserie de Lorient .Quand la patisserie de Lorient a été bombardéeau mois de janvier 1943 , je suis rentré chez moi parce queje n' avais plus de travail ,et j' y suis resté jusqu'à mon départ .
    MO .Comment avez vous entendu parler d' un départ?


  • 5 Un monsieur Make qui vend des graines est venu voir mon père au mois de mars , alors qu' il était malade .Il a dit à mon père qu' il avait un copain BOULIC qui était parti de Carantec pour l' Angleterre ..Il savait que j' avais déja essayé de partir , et il aurait aimé voir son fils en Angleterre , mais le fils n' a pas voulu.Mr Make m' a recommandé d' aller voir le recteur de Pont aven ,mr Tanguy que je n' ai d' ailleurs pas pu trouver .Le lendemain , j' ai rencontré BOULIC qui n' avait pas pu partir ^parce que le départ vait été retardé.Il m' a dit qu' il devait aller le dimanche prochain à Carantec , et je l' ai accompagné à Pont Aven parce que un camion d' huitres devait aller le dimanche à Carantec Ce ci se passait le samedi 27 mars 1943 A Pont Aven , on nous a dit qu' on ne savait pas si le camion devait partir ,BOULIC est rentré chez lui à Riec,je suis aussi rentré de mon coté et j' ai continué à chercher un cmion d' huitres .j' ai trouvé et le chauffeur m' a dit qu' il n"allait pars à Carantec le lendemain.


  • 6 Boulic savait qu' il fallait s' adresser à Mr cadouret à Carantec parce que le père de ce monsieur Cadouret qui est ostriculteur , est le maire de Riec sur Belon ,Boulic a trouvé l' occasion d' aller à Carantec , et de mon coté j' ai pris le car le lundi matin 9 h 30 , je suis arrivé à Morlaix à 8 h et 10 h j' étais à carantec .De Morlaix j' ai fait route à pied , je suis allé à la patisserie qui fait restaurant à Carantec , j' y ai couché , et le lendemain 30 mars , je me suis renseigné si Cadouret était là .Je suis allé aux parc à huitres est là,,j' ai trouvé 2 gars de Riec sur Belon ,Guillaume Rioual et Gestalin.Il ya vait un nommé Breton qui s' occupe des huitres et qui demandé ce que je voulais faire .Je ne savais pas qu' il était au courant et que je lui ai dit que je venais chercher du travail .Il m' a répondu qu' il n' y en avait pas , il m' a demandé d' ou' j' etais .Quand je lui ai dit que j' étais de Riec sur Belon , il m' a demandé si je ne venais pas spécialement pour partir , et il s' en est occupé .Il a du aller chez Siberil, et le soir nous sommes tous partispour aller chez Siberil .Il y vait Boulic et Cadiou ,Rioual Gestalin et moi .Boulic ,Cadiou et moi nous sommes partis les premiers.


  • 7 le bateau est parti le mardi soir dans la nuit .Nous avons marché à la voile parce que le moteur n' a marché que 10 mn, puis il a été noyé.



  • 8 Nous sommes arrivés à Salcombe vers 9 h30, on s' est bien occupé de nous On nous a pris tous nos papiers pour nous identifier et nous avons couchés à salcombe.Le lendemain on nous a envoyé dans un camp , ou' nous sommes restés 24 h , puis Patriotic School.


  • 9 Je voudrai servir dans l' aviation
    Opinion de l' officier interrogateur
    Rien ne s' oppose à l' incorporation du volontaire Marrec dans F.C.C, le visa N 1 lui est accordé


Signé Vaudeuil

Marrec sera Mitrailleur sur Blenheim en Lybie , rencontra Jean Moulin sur la ligne de démarcation ,


Stacks Image 26340


Source des documents suivants : Yves MAZO/Pat Bran

Ci dessous : cliquez sur le dossier pour le télécharger

Stacks Image 26259
Stacks Image 26327
Stacks Image 26324
Stacks Image 26329
Stacks Image 26333


Source des documents suivants : http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=83687

Revue de la France Libre N° 310 - 4" trimestre 2000

" Le JEAN, goémonier de 6,50 mètres, parti le 29 mars 1943, avec 18 évadés, par une mer très forte, vent de force 8/9, arrivé à Salcombe après 23 heures de navigation. Il trans portait des documents et du courrier pour les services secrets alliés. Le bateau était commandé par Jean Gestalin : Jean Bodolec, Joseph Boulic, Yves Cadiou, Lucienne Cloarec, Jean Donval, Marcel Donval, François Hélias, François Hémon, Louis Kernanec, Roger Marée, Ernest Moriaty, Jean Person, Alex Priac, François Prigent, Guillaume Rivoal, Jean Jourdren et un imprimeur clandestin du Havre étaient à bord. "

Lire Roger Marrec, Guillaume Rioual et Ernest Moriarty

Merci à Jean-Paul Gestalin

Stacks Image 26320

Made in RapidWeaver