PÔLE JEAN MOULIN

Cérémonie le lundi 22 août 2022 à Brest à 11h00-"De Bortoli, lucide sur son sort, endosse la responsabilité des divers actes de la résistance locale pour clore les enquêtes ou lever des soupçons. Il est alors condamné à mort le 14 mai 1942." -https://www.resistance-brest.net/article1108.html-



Témoignage de Guy HERVY

Chemin de la Résistance et des Maquis
Mis en ligne sur le site le 9 février 2022


27 janvier 1945, Le camp d’Auschwitz est libéré par l’Armée Rouge,

Témoignage - Guy Hervy

Une date singulière :

27 janvier 1945, Le camp d’Auschwitz est libéré par l’Armée Rouge,
Une date qui dans ma famille à une résonance particulière. Mes grands parents y ont été assassinés en février 43, La sœur de ma mère sera arrêtée à 19 ans comme Résistante en mai 1944. Toute petite bonne femme, elle en paraît 14. Transférée à Drancy alors que les alliés de l’ouest se battent sur les plages de Normandie elle est déportée à Auschwitz en juin 44.

A son arrivée elle est prise en charge par l’organisation clandestine comme un petit nombre de jeunes femmes pour vivre et survivre afin de témoigner. Elle a survécu, elle aura 98 ans en fin d’année. Elle fait aujourd’hui partie du dernier carré des survivants.

Elle aura tenu l’engagement pris dans les camps. Elle témoignera jusqu’à il y encore peu. Elle continuera son combat de militante active tant politique comme communiste que syndicale à la CGT, comme au sein de la FNDIRP.

Elle ne sera pas libérée par l’Armée Rouge, elle fait partie des évacué-e-s servant de matelas d’otages des SS devant la progression des armées alliées sur les deux fronts, la peur panique des nazis devant les avancées de l’armée Rouge en fuyant vers l’ouest de l’Allemagne, la sauvagerie de la soldatesque mais aussi des complicités actives de la population nazifiée pour assister et au besoin dénoncer les déportés qui tentent de s’évader.

Elle fera et survivra aux marches de la mort jusqu’à sa libération par les anglais (ou les canadiens) à Bergen Belsen, après un passage par Ravensbrück avec toujours cette organisation clandestine qui dans les pires moments arrive à les soutenir, les pousser à tenir pour qu’on sache qui ils (elles) étaient et ce que la Barbarie leur à fait subir.

Héroïsme des survivant-e-s, oui incontestable. Mais aussi celui des actrices et acteurs de ces structures informelles de l’ombre dont le plus grand nombre mourront avant la capitulation des armées nazies ( Ne dite jamais armistice c’est faire affront à tous les combattants antifascistes dont ces Résistant-e-s dans les camps, nier leur victoire, celle de l’humanité de leur combat elle est toute entière dans ces trois mots qui écrivent l'Histoire : "capitulation sans condition").

Voilà depuis environ 60 ans que j’ai conscience de l’importance de ce 27 janvier : le signal fort que la barbarie dont je faisait la découverte dans le débuts des années 60 allait 15 ans plus tôt être vaincue au prix encore de combien de sacrifice, d’assassinat d’hommes de femmes d’enfants mais serait vaincu.

Au prix du traumatisme toujours présent des enfants voire ensuite souvent des petits enfants de survivants, ces moments durs des sinistres anniversaires des arrestations ou celui des absents, l’écoute des visites au Lutétia ou à la gare de l’Est, ces discussions sur le moments des retrouvailles … pour ceux qui ont eu la chance de se retrouver.

Mais aussi le rappel des effondrements dans l’apprentissage de la vérité des morts, les conditions d’arrestation parfois des trahisons de déportations les assassinats.

Il ne faut pas s’étonner si ces poids ont été tels que certains ont évacué ces parts de mémoire tant elle leur pesait – peut-on leur en vouloir ? – quand d’autres se sont mobilisés pour continuer la transmission.

Cela explique pourquoi aujourd'hui j’affirme l’exigence de sanction et d’interdiction de vie publique les négationnistes ou réhabilitateurs des idéologies de la mort, du massacre, du racisme de l’antisémitisme.

En disant cela, contrairement à ceux qui cherchent à réhabiliter permettent de laisser réhabiliter ceux qui ont arrêté mes grand parents, ma tante, ont traqué ma mère pendant près de deux ans je m’appuie sur une décision de justice, celle du tribunal international de Nuremberg et les jugements des procès de la collaboration en France pour exiger qu’on les fasse taire, définitivement qu’ils soient interdit de tout mandat public, électif ou associatif.